Confiance dans l’avenir

J’ai participé au « Forum des nouveaux mondes » organisé par les 5 écoles de commerce regroupées au sein de « France Business school », puis à un séminaire « Passeur d’espérance » du mouvement de retraités « Poursuivre ». Des deux côtés, une même urgence et une même volonté de lutter contre la sinistrose ambiante. Redonnons-nous quelques raisons d’espérer, ça peut toujours servir !

Première question qu’on m’a posée dans l’école de commerce : « est-ce que le monde est plus complexe, et comment faire pour le maîtriser ? ». De façon un peu provocatrice, j’ai répondu : complexe, pour qui ? Pour nous les européens, qui auparavant commandions au Monde et le façonnions comme nous le souhaitions (en se disputant le droit de le faire), c’est sûr que c’est plus complexe de s’intégrer dans un monde dominé par la Chine ! Ça donne peur de l’avenir, peur d’y perdre et anxieux de savoir comment surnager dans cette nouvelle donne qui nous est imposée. Mais, pour les chinois, les brésiliens, les coréens du sud, les vietnamiens, les sud-africains, et bien d’autres, le monde d’aujourd’hui est bien plus simple que l’ancien, et plein d’espoir et de promesses ! Même si tout n’est pas parfait, loin de là, et qu’évidemment c’est un peu plus complexe de se partager la planète à 7 milliards d’à 2… et que de nombreuses menaces subsistent, comme celle du réchauffement climatique, dont on vient de nous rappeler l’urgence et l’ampleur.

Examens université Chine

La France des années 60 construisait un collège par jour ; la Chine construit actuellement une université de 20 000 étudiants tous les 3 jours…

En effet, comme nous l’a dit aussi Virginie Raisson, directrice du laboratoire de prospective LEPAC, sachons aussi regarder le monde avec d’autres lunettes ! Par exemple :

L’espérance de vie mondiale est passée de 65 à 70 ans entre 1990 et 2012. On a gagné 6,1 ans de vie en Asie, 6,5 ans en Afrique, 5 ans en Océanie, et même 3,5 ans en Europe, où on vivait déjà très vieux. En France, l’espérance de vie après 60 ans a progressé de 10 ans depuis la loi sur la retraite à 60 ans !

En 2012, il n’y a eu « que » 7 pays dans le monde où les conflits, internes ou externes, ont fait plus de 1000 morts : Afghanistan, Egypte, Irak, Mexique, Pakistan, Soudan et Syrie. C’est évidemment 7 de trop, mis c’est beaucoup moins des 13 à 20 pays qui avaient le même malheur à la fin du siècle précédent. La démocratie et la raison font des progrès sur tous les continents. En Europe, l’union est toujours difficile, les doutes et les énervements sont nombreux, mais, quand même, bientôt 70 ans sans guerre entre la France et l’Allemagne, c’est quand même pas si mal non ?

Il y a déjà 33 % de la population mondiale connectée à Internet, contre 9 % il y a 10 ans. Bientôt ce sera plus de la moitié de la population mondiale ! Il n’y a certes qu’un milliard d’abonnés au téléphone fixe, mais déjà 6 milliards au téléphone portable ! Autant d’occasion de sortir de son isolement, d’accéder à des informations, de se former, de dénoncer les injustices.

Il y avait 100 millions d’étudiants du supérieur dans le monde en 2000, on en attend plus de 200 millions en 2016 (dont la moitié en Asie !). Deux fois plus de diplômés, ça pourrait bien ne pas être si mal pour s’affronter ensemble aux problèmes de notre époque !

En agriculture, on arrive à nourrir plus de 5 milliards de gens de plus qu’il y a un siècle, sur les mêmes champs, et avec une nourriture nettement meilleure et plus diversifiée. Terminons le job : il y a malheureusement le même nombre d’affamés qu’en l’an 1900, toujours 870 millions, mais ça devrait être possible si on le veut vraiment non ? Y compris en sauvegardant les ressources de la planète.

Donc halte à la sinistrose ! Le pire n’arrive pas toujours, et au lieu de nous lamenter et de nous plaindre, construisons ensemble un avenir qui nous convient (jeunes et vieux, chinois et français) ! Luttons donc résolument contre les simplismes, les extrémismes, les racismes, les peurs de l’autre et les fabriques de boucs émissaires qu’engendre l’insécurité née de ces changements accélérés. ça vaut encore la peine de promouvoir activement et sans relâche le beau, le bon, le juste et le vrai, comme le recommandait déjà Platon !

A propos BrunoParmentier

Bruno Parmentier : Consultant et conférencier sur les questions d’agriculture, alimentation et faim dans le monde. Administrateur d’ONG et de fondations. J'ai 67 ans et j'ai dirigé de 2002 à 2011 le Groupe ESA (École supérieure d'agriculture d'Angers), numériquement, le plus grand Groupe français d'enseignement supérieur en agriculture, alimentation et développement rural. Ingénieur des mines et économiste, j'avais auparavant consacré l'essentiel de mon activité à la presse et à l'édition. J'ai eu ainsi l'occasion de découvrir à l'âge mûr et depuis un poste d'observation privilégié les enjeux de l'agriculture et de l'alimentation, en France et dans le monde (nous avions 40 nationalités chez les étudiants et 14 chez les profs). Il en est sorti trois livres de synthèse, un sur l'agriculture, sur l'alimentation et sur la faim. Trois livres un peu décalés, qui veulent « sortir le nez du guidon » pour aller aux enjeux essentiels, et volontairement écrits avec des mots simples, non techniques, pour être lisibles par des « honnêtes citoyens ». Ce blog prolonge ces travaux et cette volonté d'échange.
Ce contenu a été publié dans Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *