Chat sur l’alimentation et le « chevalgate »

Pour voir le « chat » que j’ai fait ce 25 février sur le site du journal « 20 minutes » :

http://www.20minutes.fr/societe/1106255-chevalgate-interviewez-bruno-parmentier-expert-agriculture-alimentation

parmentier-chat-20-minutes.jpg

Voici ma conclusion :

J’apprécie que cette crise soit l’occasion (sans frais, il n’y a pas mort d’homme) que chacun réfléchisse mieux à ce qu’il mange et au rapport qu’il souhaite entretenir avec son alimentation.

Quand on achète un produit, on achète «le monde qui va avec» !

Quand on veut une barquette de lasagnes avec de la viande à deux euros, prête en 10 minutes, on achète de l’industrialisation, des appels d’offres internationaux et des chaînes alimentaires longues.

De la même manière quand on choisit à la main une par une ses pommes, puis ses prunes, puis même ses cerises, on dit au commerçant et à l’arboriculteur « je ne veux pas qu’une seule mouche se soit posée dessus », et donc, fatalement, on achète trois passages supplémentaires de pesticides pour qu’effectivement il n’y ait aucun risque d’avoir un ver dans sa pomme, une moisissure sur sa prune, ou un prélèvement de pie sur sa cerise…

Et quand on veut du poulet pas cher, il vient forcement du Brésil, près des sources de matières premières (maïs et soja) et où les salaires sont beaucoup moins élevés. On achète donc de la déforestation de l’Amazonie et du chômage en France…

L’alimentation est un des rares secteurs où l’on peut, malgré tout, avoir une influence sur ce que nous proposent les commerçants et les producteurs . Commençons donc par manger autrement, ce sera déjà ça de fait. Le bio, le local et l’équitable, pourquoi pas?

Et exigeons plus de transparence, plus d’étiquettes, et plus de police alimentaire!

 

A propos BrunoParmentier

Bruno Parmentier : Consultant et conférencier sur les questions d’agriculture, alimentation et faim dans le monde. Administrateur d’ONG et de fondations. J'ai 67 ans et j'ai dirigé de 2002 à 2011 le Groupe ESA (École supérieure d'agriculture d'Angers), numériquement, le plus grand Groupe français d'enseignement supérieur en agriculture, alimentation et développement rural. Ingénieur des mines et économiste, j'avais auparavant consacré l'essentiel de mon activité à la presse et à l'édition. J'ai eu ainsi l'occasion de découvrir à l'âge mûr et depuis un poste d'observation privilégié les enjeux de l'agriculture et de l'alimentation, en France et dans le monde (nous avions 40 nationalités chez les étudiants et 14 chez les profs). Il en est sorti trois livres de synthèse, un sur l'agriculture, sur l'alimentation et sur la faim. Trois livres un peu décalés, qui veulent « sortir le nez du guidon » pour aller aux enjeux essentiels, et volontairement écrits avec des mots simples, non techniques, pour être lisibles par des « honnêtes citoyens ». Ce blog prolonge ces travaux et cette volonté d'échange.
Ce contenu a été publié dans Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Chat sur l’alimentation et le « chevalgate »

  1. Les gens, les coureurs et les non-coureurs semblables, peuvent prendre beaucoup plus que nous pensons que nous pouvons. Nous pouvons continuer m

  2. Je viens de lire que Goldman Sachs a enregistre un benefice de 2,2 milliards de dollars au premier trimestre, « … grace au dynamisme de son activite de banque d’investissement ainsi que son investissement et l’unite de credit. » Et ils sont de simples pikers par rapport a leurs fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *