Appel pour un StopCarbone (Décarbonation, Transition, Création éducative, Territoires)

« Agissons de concert pour stopper l’abus de gaz carbonique, en financer les moyens, le communiquer, l’ancrer localement ». En plus d’un StopCovid, mettons en place ensemble un StopCarbone !

Manifeste paru sur Ouest-France le 15 juillet 2020 et sur www.stopcarbone.fr

Le GIEC, le Haut Conseil pour le Climat, la Convention Citoyenne pour le Climat, les marcheurs et marcheuses pour le climat, les jeunes avec Greta Thunberg nous disent de stopper nos émissions de gaz carbonique. De 280 ppm avant 1800, sa concentration dans l’atmosphère est maintenant à plus de 410 ppm, la température de surface a déjà grimpé de plus de 1 °C. Nous sommes au seuil d’une instabilité intenable : canicules, pluies diluviennes et sécheresses, accès à l’eau douce, dégel du pergélisol et ses virus, baisse du rendement des cultures, montée du niveau des mers, salinité des zones côtières, acidification des océans et ses conséquences… annoncent des souffrances que des milliers de scientifiques qualifient d’indicibles. Nous produisons une terre-étuve invivable.

En plus d’un StopCovid, le monde attend un StopCarbone.

Toutes les propositions observées (et citées dans cet appel) sont excellentes et méritent d’être conjuguées. Par où démarrer ? D’abord sur deux pieds, le frein et le stimulateur, avec une pédagogie de création, au cœur des territoires qui font notre humanité.

Si la réduction de nos émissions est la priorité, le FREINAGE par quotas individuels semble évident. Les quotas échangeables inspirés par David Fleming & Mayer Hillman ou Pierre Calame apportent par la comptabilité carbone une certitude de résultats dans un esprit de justice sociale. Avec les smartphones et cartes sans contact d’aujourd’hui, ce rationnement souple est réaliste, convivial et solidaire, il est décrit sur www.comptecarbone.org et peut s’inscrire dans le plan de décarbonation de l’économie française étudié avec les scientifiques par The Shift Project ou dans les scénarios négaWatt.

La post-croissance, selon Dominique Méda, Jean Gadrey et Florence Jany-Catrice (rappelée comme nécessaire par la crise covid) a besoin de STIMULATEUR, il faut du financement pour s’adapter au chaos climatique, régénérer nos dispositifs techniques de mobilité, d’alimentation, de bâtiments et stimuler la recherche. Saluons notamment le Pacte Finance-Climat de Jean Jouzel, Anne Hessel et Pierre Larrouturou, la monnaie écologique d’Alain Grandjean et de Nicolas Dufrêne, le financement régional de Gaël Giraud qui rendent possibles les efforts attendus et le Pacte Vert de la Commission européenne.

Pour l’éducatif, après le film Demain de Cyril Dion et son complément par Laure Noualhat, de nouvelles créations embarquent notre imaginaire dans cette nouvelle société : jeux et rallyes, conférences gesticulées et musiques, romans, bandes dessinées, films… Les équipes du Simulator de B & L-évolution, de la Fresque du climat, de la Renaissance écologique, les jeux de plateau comme Terrabilis. Les techniques deviennent sobres, robustes, conviviales, avec des applis comme Karbon, Greenly, le module Carbonalyser du Shift.

Enfin les protagonistes de l’action territoriale ont toute leur importance pour le stopcarbone depuis les actions des maires et des régions jusqu’au Green Deal de l’Union européenne, il faut saluer le scénario biorégion 2050 de l’Institut Momentum, les 32 propositions du Pacte pour la transition, la Fabrique des transitions œuvrant à partir du niveau communal, les 24 chantiers de Julien Dossier ou le collectif Acclimaterra de la région Nouvelle Aquitaine. Les villes bougent à Nantes, Rennes, Grenoble, La Rochelle… à Lille le projet Euraclimat veut mettre l’imagination au service de la santé et du climat.

Nous sommes la dernière génération qui peut tout changer. Agissons de concert pour stopper l’abus de gaz carbonique, en financer les moyens, le communiquer, l’ancrer localement. Nous avons maintenant une obligation de résultat.

TERRIENS ET TERRIENNES DE TOUS LES PAYS, UNISSONS-NOUS !

Les signataires :

Fanny Duchemin est professeure des écoles et militante de Paris-Bascule. Pierre Calame est président d’honneur de la Fondation Charles-Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme et président de Citego pour la meilleure gouvernance des territoires.

Anne Hessel, Pierre Calame, Fanny Duchemin, Alain Grandjean, Gaël Giraud, Nicolas Dufrêne, Dominique Méda, Michel Cucchi, Mathilde Szuba, Yves Citton, Ulrich Huygevelde, Bruno Parmentier (www.nourrir-manger.fr), Alexis Normand (Greenly), Dominique Bourg, Franck Renaudin (www.entrepreneursdumonde.org), Laure Noualhat, Éric Andrieu, Patrick Duncan, Nils Ohlund, Olivier Ménicot, Armel Prieur, Eric Poujade, Cecilia Gondard, Jocelyn Fuseau, Francis Charpentier, Guillaume Roux, Hervé Cellard, Richard Herbach, Albert Lévy, Pierre Rigollet, Sylvain Hatesse, Philippe Dubois, Jacques Pinchard, Pierre-Yves Thro, Arnaud Chambat, Laurent Kermel, Karine Savina et Xavier L’allemand.

A propos BrunoParmentier

Bruno Parmentier : Consultant et conférencier sur les questions d’agriculture, alimentation et faim dans le monde. Administrateur d’ONG et de fondations. J'ai 67 ans et j'ai dirigé de 2002 à 2011 le Groupe ESA (École supérieure d'agriculture d'Angers), numériquement, le plus grand Groupe français d'enseignement supérieur en agriculture, alimentation et développement rural. Ingénieur des mines et économiste, j'avais auparavant consacré l'essentiel de mon activité à la presse et à l'édition. J'ai eu ainsi l'occasion de découvrir à l'âge mûr et depuis un poste d'observation privilégié les enjeux de l'agriculture et de l'alimentation, en France et dans le monde (nous avions 40 nationalités chez les étudiants et 14 chez les profs). Il en est sorti trois livres de synthèse, un sur l'agriculture, sur l'alimentation et sur la faim. Trois livres un peu décalés, qui veulent « sortir le nez du guidon » pour aller aux enjeux essentiels, et volontairement écrits avec des mots simples, non techniques, pour être lisibles par des « honnêtes citoyens ». Ce blog prolonge ces travaux et cette volonté d'échange.
Ce contenu a été publié dans Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Please type the characters of this captcha image in the input box