La couleur de la France…

france-vue-davion2.jpg

Contemplant à plusieurs reprises la France vu d’avion au mois de mars 2012, j’ai pris conscience qu’elle était pour une bonne part… marron. Quelle erreur, quelle faute de goût ! Quand la France n’est pas blanche, elle doit évidemment être… verte (sauf le gris des routes et des villes).

Dans notre pays, il a fait soleil pratiquement tout le mois de mars, faisant annoncer aux journalistes (en quête désespérée de bonnes nouvelles, elles sont si rares) qu’il faisait « beau ». Contre toute logique et tout bon sens évidemment, car, rappelons-le, le « beau » temps en mars sous nos latitudes, c’est… la pluie ! Et nous allons tous chèrement payer cet été ce soi-disant beau temps ensoleillé, et le déficit important de pluviométrie de la plupart des régions françaises à ce stade de l’année !

Donc le soleil nous a amplement gâtés de ses rayons (trop) généreux, et nous, au lieu d’en profiter pour stocker du carbone et de l’azote, on l’a perdu, gâché, méprisé, car la moitié de nos champs étaient désespérément nus. Pas la moindre plante pour activer la photosynthèse !

Dans quel siècle vivons-nous ?

Avons-nous compris que nous allons devant un réchauffement climatique, une crise énergétique et une prolifération du gaz carbonique ? Il n’y a rien de plus urgent que d’activer la photosynthèse sur nos champs, 12 mois sur 12 (sauf quand il y a de la neige). Nos champs doivent évidemment être couverts de plantes 365 jours par an, pour ne manquer aucun des précieux rayons du soleil !

Sans compter qu’un champ bien travaillé (de la tête) par des « éleveurs de vers de terre«  coûte tellement moins cher qu’un champ qui fait l’objet d’un acharnement des  « laboureurs à l’ancienne« , occupés à détruire année après année la vie du sol pour faire « terre rase » et tout recommencer à zéro.

Bannissons donc le « marron » de notre environnement et de notre imaginaire ! Que mille plantes (bénéfiques) poussent en permanence sur nos champs.

A propos BrunoParmentier

Bruno Parmentier : Consultant et conférencier sur les questions d’agriculture, alimentation et faim dans le monde. Administrateur d’ONG et de fondations. J'ai 67 ans et j'ai dirigé de 2002 à 2011 le Groupe ESA (École supérieure d'agriculture d'Angers), numériquement, le plus grand Groupe français d'enseignement supérieur en agriculture, alimentation et développement rural. Ingénieur des mines et économiste, j'avais auparavant consacré l'essentiel de mon activité à la presse et à l'édition. J'ai eu ainsi l'occasion de découvrir à l'âge mûr et depuis un poste d'observation privilégié les enjeux de l'agriculture et de l'alimentation, en France et dans le monde (nous avions 40 nationalités chez les étudiants et 14 chez les profs). Il en est sorti trois livres de synthèse, un sur l'agriculture, sur l'alimentation et sur la faim. Trois livres un peu décalés, qui veulent « sortir le nez du guidon » pour aller aux enjeux essentiels, et volontairement écrits avec des mots simples, non techniques, pour être lisibles par des « honnêtes citoyens ». Ce blog prolonge ces travaux et cette volonté d'échange.
Ce contenu a été publié dans Actu NOURRIR, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à La couleur de la France…

  1. driat fabien dit :

    vous prêchez un convaincu !!!
    voir mon site

  2. driat fabien dit :

    2eme message
    j’ai eu le temps de parcourir un bon nombre de vos vidéos en cette soirée électorale !!!
    je suis en parfaite adhésion avec votre discour et si vous parcourez mon site vous constaterez que je réponds à bcp de problèmes cités. En revanche, je regrette qu’il n’y pas plus de liens entre vous (recherche et formation) et le terrain sur lequel j’exerce.
    dans l’espoir d’une réponse
    fabien driat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Please type the characters of this captcha image in the input box