Emmision télé : Sècheresse, CETA, l’inquiétude des agriculteurs

Pour revoir l’émission de C Dans l’air du vendredi 16 août sur le thème : Sècheresse, CETA, l’inquiétude des agriculteurs (1 heure) :

L’agriculture française doit gérer plusieurs problèmes à la fois. Les exploitations agricoles sont en première ligne face aux conditions climatiques particulièrement difficiles en cet été 2019. Le mois de juillet, et sa canicule qui a frappé toute l’Europe, s’est révélé être le mois le plus chaud jamais mesuré dans le monde. 

Ces températures élevées ont des conséquences pour les agriculteurs : les incendies, la prolifération d’insectes nuisibles aux récoltes et surtout la sécheresse. 85 départements français sont actuellement en restriction d’eau. Certaines régions ont également été frappées par d’importants orages de grêles, susceptibles de ravager des récoltes entières. 

En parallèle, deux traités de libre-échange inquiètent les agriculteurs français. Le 28 juin, la Commission européenne et le Mercosur (le marché commun de l’Amérique du Sud, qui regroupe le Brésil, l’Argentine, le Venezuela, le Paraguay et l’Uruguay) se sont mis d’accord sur un traité de libre-échange permettant de faire « tomber » 90 % des droits de douane sur des produits industriels et agricoles. Il doit encore être ratifié par les 28 pays-membres de l’UE. 

A propos BrunoParmentier

Bruno Parmentier : Consultant et conférencier sur les questions d’agriculture, alimentation et faim dans le monde. Administrateur d’ONG et de fondations. J'ai 67 ans et j'ai dirigé de 2002 à 2011 le Groupe ESA (École supérieure d'agriculture d'Angers), numériquement, le plus grand Groupe français d'enseignement supérieur en agriculture, alimentation et développement rural. Ingénieur des mines et économiste, j'avais auparavant consacré l'essentiel de mon activité à la presse et à l'édition. J'ai eu ainsi l'occasion de découvrir à l'âge mûr et depuis un poste d'observation privilégié les enjeux de l'agriculture et de l'alimentation, en France et dans le monde (nous avions 40 nationalités chez les étudiants et 14 chez les profs). Il en est sorti trois livres de synthèse, un sur l'agriculture, sur l'alimentation et sur la faim. Trois livres un peu décalés, qui veulent « sortir le nez du guidon » pour aller aux enjeux essentiels, et volontairement écrits avec des mots simples, non techniques, pour être lisibles par des « honnêtes citoyens ». Ce blog prolonge ces travaux et cette volonté d'échange.
Ce contenu a été publié dans Actu NOURRIR, Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Please type the characters of this captcha image in the input box